La caravane du changement lancée par le président de la République, pour, dit-il, mettre en valeur l’essence du pays à savoir : la terre, l’eau et les humains, ne coûtera pas moins de 197 millions de gourdes, selon les responsables.

Investit dans ses fonctions. Doté d’un gouvernement qui fonctionne. Jovenel Moise n’avait plus qu’à commencer à mettre à exécution son programme, qu’il a passé plus d’un an à vendre à la population. Après les différentes nominations au sein de l’administration publique devant permettre au président de compter sur des acteurs acquis à sa cause dans les différentes sphères de l’Etat, il entend maintenant passer à l’action.

C’est en ce sens, que la Présidence a lancé la caravane du changement qui va démarrer le 1er mai (Fête de l’Agriculture et du Travail) à destination de la vallée de l’Artibonite.  « La caravane du changement c’est la mise en valeur de l’essence du pays, à savoir la terre, l’eau et les humains », peut-on lire sur les différentes affiches de l’activité, en référence aux trois éléments qui constituaient le tremplin de la communication de campagne de Jovenel Moïse.

Au cours de la lancée de cette initiative qui se tiendra durant tout le quinquennat de Jovenel Moïse, et qui va durer pas moins de deux mois dans l’Artibonite, cent mille hectares de terre doivent être irrigués, 197 kilomètres de canaux curés et 100 kilomètres de routes agricoles réaménagés, selon les prévisions officielles.

Très bien accueillie par certains mais aussi dénoncée par d’autres, l’idée de la caravane ne fait pas l’unanimité au sein de la population. Et c’est dans un contexte marqué par la divergence que la facture arrive : 197 millions de gourdes, ce sera le coût nécessaire à la réalisation de l’activité, d’après des sources officielles. A ce montant s’ajoute près de 100 millions de gourdes réquisitionnés par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Max Rudolph Saint Albin, pour la sécurité du chef de l’Etat. Ce, tenant compte d’une correspondance qui a fuité sur les réseaux sociaux. Le déblocage du dit montant, n’a toutefois jamais été confirmé, faut-il le rappeler.

Alors que depuis environ dix jours le compte à rebours est lancé par la Présidence, une bonne partie de la population attend déjà les retombées positives de cette caravane, tandis que d’autres expriment clairement leur doute sur l’efficacité d’une telle initiative. Craignant un remake de « Gouvènman an Lakay ou », initiative prise sous l’administration Martelly/Lamothe dont le bilan reste mitigé.

Source: loophaiti.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares