Pour Guy Philippe, son avis de recherche est du « bluff »

Dans une entrevue exclusive accordée à LoopHaiti, le citoyen de Pestel dénonce un boycott de sa zone par le président de la République.

Recherché par la DEA, Guy Philippe a d’autres préoccupations. Planqué à Pestel, il minimise l’avis de recherche de l’institution américaine : « Je ne vais pas sur internet. Je ne suis pas très fort dans ces choses » explique-t-il dans une entrevue exclusive accordée à LoopHaiti.

« Il est dit comment on doit ester quelqu’un en justice. Nous vivons dans une démocratie, il s’agit du respect de la loi. S’il y a un mandat contre Guy Philippe nous l’attendons. Et la loi dit quelle autorité est compétente pour le délivrer. (…) C’est pas vrai, c’est un bluff» continue le candidat au Sénat pour le département de la Grand’Anse. « C’est la raison pour laquelle je reste aussi arrogant. Ils peuvent le faire sur ceux qui ne peuvent pas parler, mais pas sur moi. Soit on vit dans une jungle, soit on vit dans un pays qui respecte la loi ».

Si l’ancien rebelle intervient dans les médias, ce n’est point pour parler de ses démêlés judiciaires. « La situation [à Pestel], c’est que trois semaines après le cyclone, aucune aide de l’Etat n’est arrivée. Aucune institution de l’Etat ne fonctionne pas non plus » déplore M. Philippe. « L’école ne fonctionne pas et aucun effort n’est consenti pour recouvrir les toits. Si l’Etat avait une volonté réelle pour reconstruire, il l’aurait déjà fait » croit Guy Philippe.

Derrière sa volonté de défendre les quelques 80 000 citoyens de Pestel, il y a aussi un homme personnellement touché par le passage du cyclone Matthew. Son hôtel, le seul établissement de la zone a été détruit. J’ai, dit-il « un petit business au bord de la mer ou les étrangers peuvent être relax et boire une bière qui a aussi été détruit ».

Et Evil Lavilette, maire de Pestel, et Guy Philippe, candidat au sénat accusent le président Jocelerme Privert d’avoir abandonné la zone à cause de ses inimitiés avec l’ancien leader du Front Résistance. La preuve ? Selon leurs dires, M. Privert aurait personnellement ordonné à un bateau rempli de médecins et de médicaments de « ne pas aider la population de Pestel ». « C’est grave », s’exclame Guy Philippe. Contacté par LoopHaiti pour une réaction, le porte-parle adjoint de la Présidence, Eddy Jackson Alexis a répondu : « Je ne peux pas réagir à cette declaration puisque je ne l’ai pas entendu.»

Questionné sur le fait que des autorités étatiques peuvent refuser d’intervenir dans la zone par crainte de représailles de sa part, l’ancien candidat à la présidence est définitif : « Pourquoi les autorités auraient des obstacles pour se rendre à Pestel alors que Food For The Poor s’y est rendu ? se demande-t-il. « D’où viennent ces obstacles quand près de 10 ONG visitent quotidiennement la zone ? (…) C’est un mensonge. Il n’y a aucun obstacle. Il s’agit d’une folie de vengeance et de revanche du président de la république par rapport à ce qui s’est passé en 2003 et 2004 », fulmine l’ancien commissaire de Delmas, sous le premier mandat de René Préval.

Source: http://www.loophaiti.com/content/pour-guy-philippe-son-avis-de-recherche-est-du-%C2%AB-bluff-%C2%BB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares