Les meilleurs slogans de 2016

Comme chaque année, 2016 a vu fleurir ses slogans, au rythme des débats, des chansons et des polémiques.

L’année 2016 s’apprête à tirer sa révérence. Mais ses petites phrases tiennent tête. Espiègles, tonitruants, complices, ouvertement sexuels, provocateurs… du musicien honni au politicien énervé, chaque dérapage, chaque escapade sémantique a été l’occasion d’un slogan qui tant bien que mal s’est distillé dans le débat, s’introduisant avec arrogance dans des discussions improbables… car si le slogan est inoffensif, il ne perdra pour rien son potentiel impertinent.

Ci-dessous, onze de ces formules qui vous ont parfois fait sourire, souvent énervé ou franchement dégoûté.

1- Est-ce que ça dérange ?

17 octobre 2016. Assailli par les critiques sur la présence de militaire dominicains sur le sol haïtien, le président Jocelerme Privert prononce le discours le plus populaire de son mandat. Secondé de Ban Ki Moon, secrétaire général de l’ONU, Enex Jean Charles, Premier Ministre et de Sandra Honoré, représentante spéciale de M. Moon en Haïti, il s’est fendu d’un réquisitoire dont le fil conducteur reste la formule concise et tonitruante : « Est-ce que ça dérange ? ».

Si en appui à son argumentation, M. Privert a pointé l’hypocrisie des politiciens, exemples à l’appui, le succès du slogan fut instantané. La formule s’est libérée de son poids politique pour s’incruster dans toutes les conversations. Au lendemain de son discours, « Est-ce que ça dérange » est devenu un phénomène populaire, une chanson a même été concoctée avec la déclaration du président.

2- Kòman w wè m ?

On en connait pas l’origine mais cette phrase a eu son heure de gloire. Elle accompagne sur les réseaux sociaux des photos ou l’internaute voudrait attirer l’attention sur son look ou un détail qu’il estime généralement valorisant.

3-Ou t ap ri m

Voilà la réplique parfaite pour marquer frontalement son refus. Mais de la plus belle des manières parce que « Ou t ap ri m » fait exactement son boulot : marquer son désaccord par la dérision.

4-… wa konprann

A chaque président son slogan. Et sur la question, M. Martelly n’en fait aucunement exception. Sa présidence pourrait d’ailleurs se résumer à cette petite pique glissée à un journaliste  : « Lè w prezidan w a konprann ». Et lachée, plus personne n’a pu retenir depuis la phrase. « W a konprann » est devenu le refrain de la méringue carnavalesque de l’ancien président et s’est incrusté partout, pour dire l’ignorance d’un interlocuteur des enjeux et difficultés d’une situation qu’il n’a pas l’opportunité d’expérimenter, pour clore simplement le débat. « Lè w nan plas mwen, w a konprann ».

5- Kite peyi m mache

Les manifestations enflammées de 2016 ont accouché de ce cri de ralliement. Il s’est décliné en un hashtag populaire sur les réseaux sociaux et des t-shirts ont même été frappé en son honneur. A qui s’adresse cette injonction ? A tout le monde et à personne à la fois.

6-Jezi, ou kwè se mwen ?

Les slogans méprisent les classes sociales. Elles brassent le ventre du corps social pour en trouver des intelligences sémantiques qui par la suite se résonneront indifféremment dans les milieux huppés que dans les quartiers mal famés. L’on tient ce slogan d’une dame, assez avancé en âge qui se présente comme une ancienne femme de joie. A l’allure d’une Cendrillon déchiquetée, elle aurait été surprise d’être abordé, lors d’une de ses nombreuses soirées sur les trottoirs, par un riche et beau jeune homme. D’où sa stupeur : Jezi, ou kwè se mwen ?

7- M ap byen pase

Personne ne peut établir la paternité de ce slogan. Pourtant, il rentre dans le panthéon des plus populaires de son genre pour l’année 2016. « M ap byen pase » s’emploie pour exprimer la joie de vivre une situation réjouissante, le bonheur, l’allégresse et tout ce qui se trouve dans le même registre.

8- Cheri benyen m

« Cheri benyen m. Benyen m. Vide dlo sou mwen, benyen m ». Voilà. La phrase est lancée. Plus qu’un refrain entrainant, il s’agit d’un des énigmes les plus coquins de cette fin d’année 2016. « Cheri benyen m » est d’ailleurs extrait d’un single éponyme de l’album « Degaje » de la formation Harmonik, fraîchement sorti. « Cheri benyen m » est un paradoxe érotique, dont chacun saisit la sensualité sans pour autant l’admettre, sans même daigner se l’expliquer. Il se réfère au plaisir de ces dames quand elles atteignent les sommets « lumineux » du Nirvana les jambes en leste.

9- Cheri, pipi kenbe m 

Dans le même registre que « Cheri benyen m », un peu plus tt, le chanteur Roody Roodboy a laissé parler ses émotions et autres ressentis plus intimes dans sa chanson « Karese m la ». Si dans la chanson d’Harmonik, le désir de madame se retrouve au centre du débat, chez Roody, c’est l’homme qui confond l’arrivée de jets pressants avec de l’urine au moment où il se sent saisi de soubresauts agréables au niveau de la ceinture.

10- Yo pap konprann

La verité n’est jamais si dissimulée quand elle éclate au grand jour. D’autant plus quand elle accompagné une photo sur Facebook ou sur Instagram. « Yo p ap konprann » même si tout porte à montrer aux « haters » ce qu’il faut comprendre.

11-On s’prend pas la tête

Tiraillé par des accusations de corruption, de trafic de stupéfiants, Olivier Martelly, fils de l’ancien président d’Haiti Michel Martelly est resté zen, impavide. La preuve ? Il a sorti sa chanson devenu hit simultanément : « On ne se prend pas la tête ». Et un slogan est né.

Source: loophaiti.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares